Guide de survie dans le Sud-Ouest : le lexique

Partager cet article

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

« Boudu ! quelle cagade il nous a fait ce pec ! Il va se faire dailler…»

Comment ? Vous ne trouvez pas ça clair ?

Alors ce petit recueil de vocabulaire Made In Sud-Ouest vous aidera à comprendre…

 

Savant mélange de patois local, de gascon et d’occitan, le langage Made In Sud-Ouest a parfois de quoi surprendre…

Pour être sûr de ne pas mal interpréter les propos de vos hôtes lors de votre prochain séjour dans le Sud-Ouest, voici quelques mots clés à savoir :

Adiou ! : salut ! (en tant que Bonjour ou en tant que Au revoir…)

Barjo : fou, farfelu. En voiture, si quelqu’un vous fait une queue de poisson, « Barjo » peut servir d’alternative distinguée à tous les autres noms d’oiseaux que vous utilisez certainement…

Boudu ! : exprime l’agacement ou la surprise. Vient de l’occitan « Bon diu » qui signifie « bon dieu ».  Parfois seul, on peut aussi l’entendre sous sa forme complète « bouducon! ». Non on ne vous insulte pas, pas la peine de frapper votre interlocuteur…

Bringuer : faire la fête (ce qui arrive là-bas… rarement… enfin, occasionnellement… ou plutôt : parfois… de temps en temps… pour ne pas dire : régulièrement… voire même : souvent). Bref vous l’aurez compris, pas de Sud-Ouest sans bringuer !

Bugne : un coup (peut s’entendre notamment lors d’un match de rugby, à l’occasion d’un coup de poing malencontreux, et involontaire évidemment!…)

Cagade : quelque chose de raté, maladroit, qui a échoué (donne aussi : faire une cagade, et peut aussi s’entendre sur les bords d’un terrain de rugby, lors d’un en-avant ou d’une passe dans les chevilles, entre autres)

Cagnard, cagnàs : canicule (quand on entend ça, c’est certainement l’heure d’aller se rafraîchir ou de prendre l’apéro…)

Caguer : s’utilise souvent comme « j’en ai rien à caguer » = je n’en ai rien à faire.

Ex-Quel cagnard ! Et si on se prenait un jaune* !?

– Boudu t’es barjo! Il est 15h, c’est pas l’heure du jaune*…

– J’en ai rien à caguer grand cepe*, arrête de me dailler* et sers-moi sinon ça va partir en castagne*!! »

(*voir plus bas)

(NDLR : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, même dans le Sud-Ouest…)

 

Dailler :

  1. embêter. Ex : ça me daille = ça m’embête.
  2. tacler. Ex : il s’est fait dailler = il s’est fait tacler
  3. vexer/casser/humilier. Ex : il s’est fait dailler = il s’est fait humilier

 

Dia : peut correspondre à un « oh! », un «boudu! », un « quoi!? », ou toute autre interjection marquant l’ étonnement…

Exemple : « Dia ! Il fait déjà jour ! Il est temps que je rentre me coucher, j’avais dit que je boirais juste un petit verre après le match… »

 

Douille : si vous entendez ça alors que vous n’êtes pas partis à la chasse, alors on parle d’une amende « Je me suis pris une douille » signifie certainement « je me suis garé en double file le temps d’aller saluer mon vieil ami Marco et j’ai dû y rester un peu trop longtemps… », et ne veut donc PAS dire « on m’a tiré dessus ». Inutile d’appeler les secours, merci quand même…

 

Fadas : fou, niais

 

Jaune : pastis (sachez que le nom reste toujours « un jaune », indépendamment de la quantité d’eau que vous mettez dedans… )

 

Pec, ou pègue : idiot

 

Pét : coup. Se retrouve dans l’expression « il a vraiment un pét au casque », qui ne signifie pas qu’il a abîmé son casque de scooter, mais qu’il semble un peu pec…

 

Pigne : désigne un coup de poing. Ne pas confondre avec ce qui tombe des pins dans la forêt landaise. Quand on dit « En fin de soirée j’ai vu voler quelques pignes », elles ne sont pas d’origine végétale…

 

Pinter : boire. Se dit plutôt quand on parle d’alcool; donc si vous entendez un(e) ami(e) dire « venez on va pinter », il ne s’agit certainement pas d’aller siroter du lait-fraise, mais plutôt qu’il est temps de désigner un capitaine de soirée car d’ici quelques heures vous penserez certainement que vous parlez espagnol couramment…

 

Plâtras : se dit d’une assiette bien remplie ! « Dia ! Ce plâtras de paella que tu m’as servi ! T’es pas un peu fada !? Je vais ronquer* après ça…». Bon appétit…

(*voir plus bas)

 

Poutou : un bisou / un baiser. Au pays basque, vous entendrez plutôt parler de Muxu (se prononce mouchou).

 

Un peu moins : expression qui permet de demander à son interlocuteur de se calmer un peu.

Exemple : Vous bringuez aux fêtes d’un petit village du Sud-Ouest. l’ambiance est bonne, la banda (fanfare) locale a mis le feu aux festayres (ceux qui font les fêtes), et vous pintez tranquillement votre jaune. Sur ce, votre voisin de droite se met à se dandiner un peu fort en rythme avec la musique, et votre verre commence à danser aussi (et à se vider par à-coups). Au lieu de perdre votre temps avec un « Excusez-moi Monsieur de vous importuner, mais il semblerait que votre fougue, qui n’a d’égal que votre taux d’alcoolémie, porte préjudice à la quantité de breuvage que contient mon verre; je vous serais très reconnaissant(e) d’essayer de limiter vos mouvements afin de me permettre de déguster tranquillement cette délicieuse boisson, sans que le bitume n’en profite également », vous pourrez juste vous contenter d’un : « Hé ! Fada ! Un peu moins… ».

 

Vous voilà maintenant prêt pour votre prochain séjour dans le Sud-Ouest ! Vous ne serez plus pris au dépourvu lors des conversations auxquelles vous participerez localement… Enfin, si l’accent de vos interlocuteurs n’est pas trop fort… Et là, on ne peut rien pour vous… Bonne chance 🙂

A lire aussi


Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *